Ma biographie

Se présenter à vos suffrages, c’est affirmer des positions politiques et prendre des engagements à bien travailler. Mais c’est aussi très souvent voir sa vie privée livrée au regard des autres. Pour ma part, c’est déjà le cas ! Mais pour ceux qui ne me connaitraient pas, pour ceux qui auraient besoin d’en connaître plus et pour ceux qui auraient entendu des choses erronées ou excessives, voici le grandes lignes de mon parcours :

Je suis né le 8 février 1956 à Algrange (Moselle) d’un père sous-brigadier de police et d’une mère veuve d’un premier mariage, agent territorial spécialisée des écoles maternelles.

L’Ecole de la République m’a conduit d’abord au collège d’Algrange, puis au Lycée Charlemagne de Thionville. J’ai fait Maths Sup puis Maths Spé au lycée Fabert de Metz. Admissible à l’écrit de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm (mais non admis après l’oral), j’ai poursuivi mes études de Mathématiques à l’université de Nancy, puis comme auditeur libre à l’Ecole Normale Supérieure de Saint Cloud.

Après une maîtrise de Mathématiques, le CAPES et un an de service militaire, j’ai commencé à enseigner au lycée de Fameck en 1980. J’ai passé et obtenu l’agrégation de Mathématiques en 1987. Une mutation au lycée de Briey m’a permis me rapprocher de mon domicile situé à Trieux.

J’avais en effet rencontré durant mes études à Metz celle qui est devenue mon épouse : Laurence, fille et petite fille de mineur de Trieux, était en classe préparatoire aux grandes écoles de commerce. Nous nous sommes mariés en 1978, au cours de nos études et avons vécu un an à Paris pour les achever. Nos trois filles sont nées en 1981, 1982 et 1988. Elles ont depuis donné le jour à 5 petits enfants dont l’ainée a moins de 4 ans.

En 1979, diplômée de son école supérieure de commerce, Laurence a obtenu son premier poste à la succursale de la Banque de France de Longwy, ville où nous avons habité près de deux ans.

Nous avons déménagé à Trieux quand je suis parti effectuer mon service militaire à Strasbourg, afin de bénéficier de la présence de mes beaux parents pour « garder » notre première fille.

Nous nous y sommes définitivement installés en 1981 en occupant d’abord un petit appartement, puis en achetant à la mine une maison mitoyenne revendue en 1990 pour devenir propriétaires de l’ancienne maison du directeur de la mine que nous n’avons plus quittée depuis.

Mon épouse a effectué une partie de sa carrière dans les succursales lorraines de la Banque de France jusque fin 1998 où elle a rejoint la Commission Bancaire pour contrôler les banques en France et à l’étranger. Elle a demandé sa retraite en 2009. Elle est aujourd’hui retraitée.

Engagé sur le territoire

Lors des élections municipales de 1983, ayant adhéré au Parti Socialiste, j’ai souhaité participer à la vie municipale en proposant « mes services » au Maire sortant. Devant son refus, j’ai fait liste commune avec son ancien premier adjoint, Jean Merjai, et nous avons gagné au second tour.

Premier adjoint de « Jeannot » devenu Maire, je l’ai remplacé à sa demande comme Maire de Trieux en 1987. Jeannot, ancien mineur, était rattrapé par la maladie qui devait l’emporter quelques années plus tard.

J’ai été réélu comme Maire de Trieux sans discontinuer depuis, avant de quitter volontairement ce poste lors de mon entrée au Gouvernement en 2014. Des victoires le plus souvent larges, sans même de concurrence en 2014, malgré un score le plus étriqué possible (1 voix) en 2001 !

A Trieux, avec mes équipes municipales, nous avons modernisé une ville figée sur elle-même depuis la fermeture des activités minières débutée justement à Trieux en 1963 : Réfection des voiries héritées de la mine, rénovation de la traversée du village, construction d’équipements publics, associatifs, scolaires… De plus de 3 000 dans les années 60, la ville était tombée à 1 870 habitants en 1990. Elle en compte plus de 2 500 aujourd’hui. L’Ecole, dotée d’un périscolaire depuis 20 ans, compte à elle seule plus d’élèves que le collège voisin. Une centaine de logements ont été construits par des organismes HLM, des terrains à bâtir ont été dégagés, une grande surface commerciale, des commerces et un restaurant de qualité se sont installés.

Cette « mise à niveau » de la commune s’est faite sans variation significative des taux d’imposition locaux, en ajustant la trésorerie et l’endettement au mieux. Fin 2017, la dette de Trieux sera de 682 Euros par habitants contre 1 099 Euros en 2000 et 747 Euros en 2010. Par comparaison, elle était fin 2015 de 737 Euros à Mancieulles, de 731 Euros à Joeuf et de 2 155 Euros à Briey.

  • Endettement par habitant (en €)

Mon parcours ces 20 dernières années

  1. Le début de mon engagement politique !

    Élu Conseiller Régional de Lorraine puis réélu en 2004, j’en suis devenu l’un des Vice-présidents, en charge de l’aménagement du territoire et de l’Après-Mine.

    J’ai alors demandé et obtenu de travailler à mi-temps au lycée de Briey.

  2. Fidèle à mes valeurs!

    Élu député de notre circonscription en battant le sortant de droite un mois après la victoire de Nicolas Sarkozy, j’ai cessé mon activité de professeur le lendemain de mon élection. J’ai immédiatement renoncé à mes indemnités de Maire de ma commune tout en poursuivant mon mandat. J’ai également renoncé à me représenter aux élections régionales suivantes.

  3. La volonté d’agir !

    J’ai été désigné comme député le plus actif par le site « nos députés.fr » et la presse spécialisée.

  4. Le combat continue !

    Réélu député, j’ai été choisi par le groupe socialiste comme Rapporteur Général de la Commission des Finances de l’Assemblée, fonction technique et importante dans la relation Gouvernement/Parlement.

  5. Mon engagement au sein du gouvernement !

    Le Président Hollande m’a proposé de devenir membre du premier Gouvernement de Manuel Valls, en tant que Secrétaire d’Etat au Budget et aux comptes publics, fonction que j’ai conservée depuis. Cela m’a conduit à démissionner de mon mandat de Maire quelques mois après ma réélection de 2014. Même si la loi ne l’oblige pas, le Président demande généralement aux membres du Gouvernement de se démettre de leurs autres mandats. Jean Marc Fournel, mon suppléant, m’a remplacé comme député à l’Assemblée Nationale.

ÉQUIPE DE CAMPAGNE

Directeur de campagne : Vincent HAMEN
Mandataire financier : Christian RODANGE
Président du Comité de soutien : Marc OUVRARD

RESPONSABLES THÉMATIQUES

Europe / Transfrontalier : Alain EVRARD
Transition énergétique / Développement durable : Daniel MATERGIA
Santé / Autonomie / Handicap : François BARTHELEMY
Emploi / Formation / Education : Guillaume PETICLAIR
Economie / Commerce / Artisanat : Alain EVRARD
Enjeux / Equilibre territoriaux : Kamel BOUZAD
Relations élus / Partenaires sociaux / Associatif : René THIRY

RESPONSABLES TERRITORIAUX

Secteur Briey / Joeuf : Claude GABRIEL
Secteur Audun le Roman / Trieux : Pascal PAROTTA
Secteur Villerupt / Thil : Héléne SALVADOR
Secteur Communauté d’Agglomération de Longwy : Marie Christine INIAL
Secteur Piennes / Tucquegnieux : Denise TOULY
Secteur Longuyon : Robert BOURGUIGNON