Pascal Parotta, pourquoi je soutiens Christian Eckert