François Cirre : pourquoi je soutiens Christian Eckert