Daniel Matergia, pourquoi je soutiens